No Drafting Spirit 78

 
Chaque année APRES l'Ironmnan d'Hawaï (avant celui ci tout va bien et le sujet est très peu abordé), c'est la déception, voir la frustration, la colère, le dégout, le découragement, devant les images du drafting sur le parcours vélo chez les groupes d'âge...

Les réactions sont multiples, mais rien n'est vraiment fait pour que la situation s'améliore. Et après quelques semaines cela est oublié. La course à la qualification reprend. Et les triathlètes reviennent toujours en nombre l'année suivante.

Certains font remarquer à juste raison que durant toute la saison sur les différents circuits, labels, au niveau international, national, régional, des courses sont polluées par le drafting. Mais certaines épreuves font des efforts pour tenter d'améliorer les conditions de courses avec des départs échelonnés ou par vagues, un plus grand nombre d'arbitres, un nombre de concurrents limités, des distances entre 2 cyclistes augmentées, etc...  Des solutions existent pour faire en sorte que les conditions de course sur le vélo soient plus équitables.

Mais à Hawaï rien n'est fait. Au contraire, il semble que cela empire d'année en année. Et pourtant c'est LA course en triathlon. Celle qui incarne la naissance de la discipline, celle où la légende du triathlon se construit, celle que tous les triathlètes veulent faire. Il semble donc important que ceux qui sont attachés à cette épreuve se battent pour qu'elle continue de représenter ce que doit être le triathlon longue distance : Un effort solitaire, une compétition équitable.

Certains comme Thierry Foulounoux ont lancé sur les réseaux sociaux le #draftingkona. Mais cela s'est malheureusement assez vite essouflé.

Un entraineur a même décidé de ne plus ''coacher'' de triathlète dont la motivation est Kona.

Ces initiatives sont toutes respectables. Mais souvent assez vite oubliées et sans conséquence pour Ironman. Je pense que sortir du système est une solution pour être en accord avec sa vision et son éthique, mais cela ne peut être une solution pour faire changer les choses. Et pourquoi devrions nous nous priver de ce qui fait l'engouement de notre discipline? 

En tant que nouveau triathlète GA et en tant qu'entraineur, je vais continuer à m'investir pour Kona. Et avec pour objectif de montrer à Hawaï avant, pendant et après la course, quand l'intérêt est à son comble, que je suis contre ce qui se passe chaque année sur la Queen K.

Porté par Laurent Marcilloux, Rod de Kanel, Fred Pasnon et soutenu par plusieurs collègues (Nicolas Hemet, Benjamin Pernet, Jonathan Tryoen), nous allons tenter de faire en sorte que Nodraftingsprit78  puisse avoir ne serait ce qu'un petit effet sur l'organisation. Nous proposons à tous les amoureux du triathlon de nous rejoindre.  https://www.facebook.com/nodraftingspirit78/

Nous seront à votre écoute pour vous accueillir dans cette action. Que vous soyez participants, accompagnateurs, représentant d'une marque (les marques de vélo doivent être partie prenante! A quoi avoir un vélo aero pour rouler en peloton?..), Français, Belge, Suisse, Allemand,.... Plus nous serons nombreux et plus nous aurons une toute petite chance de faire évoluer les choses et de préserver ce qui doit continuer à nous faire rêver en triathlon.

Pour terminer je me permets de reprendre les propos d'Edouard Entraygues suite à sa 4e participation aux ironman World Championship.

Sport sans conscience n'est que ruine de l'âme !

Kona se caractérise par des éléments extérieurs déterminants. Le vent, la chaleur, l'humidité, la densité et le drafting font de cette course probablement la plus singulière du circuit. Certains vouent à cette course une dévotion quasi mystique. Endoctrinés par un sport spectacle dont ils sont les héros, publient en temps réels leurs exploits sur les réseaux sociaux. Quand d'autres, plus lucides, en dénoncent les dérives. Deux aspects fondamentaux se confrontent. Le développement de la marque Ironman© face à l'éthique sportive. Chaque année les polémiques pleuvent. La genèse de cette histoire prend forme un beau matin de février 1978 sur Waikiki beach. Cette aventure humaine est aujourd'hui dévoyée par son aspect mercantile. Ironman© fête ses 40 ans. L'âge de la maturité me direz-vous. L'orientation consumériste de ce sport est à l'image de notre société individualiste. La solution au problème est une prise de conscience collective. Entraîneurs, athlètes, clubs, organisateurs, marques...tous doivent se mobiliser. Participer à l'Ironman d'Hawaii doit devenir un acte militant. Non au dopage. Non au drafting. Mon slogan Swim, Bike, and Run Clean! 
 
 
 
Par cb le 11/01/2019 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet