Nouvelle règle pour faire comme les ''grands''


Nouvelle règle pour faire comme les ''grands''. Je profites de l'occasion pour remercier le travail nécessaire et bénévole du corps arbitral toute l'année sur toutes nos épreuves fédéral. Et en insistant sur le fait que  concerné par le fait qu'un duathlète ligérien perd sa 5e place aux championnats de France juniors, je ne vais sans doute pas être très objectif. Je ne peux m'empêcher d'évoquer le sujet de la mise en place de la zone de pénalité…
 
Les championnats de France de duathlon à Parthenay qui ont été une belle réussite avec de nombreux athlètes, le beau temps et une superbe organisation ont été l'occasion de ''lancer'' la nouvelle règle de la zone de pénalité. Et comme ces championnats de France sont la première ''grande épreuve'' de l'année du calendrier FFTri, c'est donc à Parthenay,  qu'inspiré par la belle image de Brownlee s'arrêtant au ''stand'' pendant ces 10 km au dernier JO, les enfants vont tenter de faire comme les grands.
 
Sans doute dans un but éducatif et pédagogique et comme en Coupe du Monde 15'' de pénalité  seront infligées pour toutes infranctions durant la procédure de départ , le départ, entre l'entrée et la sortie de l'aire de transition ainsi que sur la partie vélo.
 
Oui, mais en coupe du Monde, les moyens mise en place sont sans doute un peu plus important, les procédures de départ sont impécables et les aires de transitions offrent un espace et un confort très important. Aussi c'est 15'' pour un 10 km de course à pied, alors que là c'est aussi 15'' mais pour 1,5 km pour les minimes et 2,5 km pour les cadets et juniors. On n'a donc pas du tout gardé la proportion.
 
Et surtout la mise en place prête quand même au débat... En Coupe du Monde les athlètes ont généralement au minimum 2 tours (le plus souvent 4) pour voir distinctement sur un grand panneau l'inscription de leur dossard leur signifiant de s'arrêter à la ''penalty box''. A Parthenay le fameux panneau devait comporter au minimum 24 petites cases et était situé au milieu du public à environ 400m de l'arrivée.... Si prêt du but, nous sommes plus que dans l'emballage finale. Et on demande à un athlète en pleine ''bagarre'' à prêt de 20 km/h, qui n'a peut être pas dans sa pratique sportive  ses lunettes de vues sur son nez, de vérifier parmis plusieurs cases et numéro de dossard si par hasard il n'y a pas le sien d'affiché...
 
Car l'athlète n'a jamais été interpelé pendant la course au moment de sa faute. Celle ci a été relevé sans rien lui dire ou lui signifier et du coups, on note en petit son numéro sur un petit tableau avant le dernier le virage et si il ne le voit pas et bien tant pis pour lui, il est disqualifié.
 
Cela devrait alors être peut être la responsabilité d'une aide extérieur de rester rivée sur ce fameux tableau pour siginifier la pénalité à l'athlète? Mais l'aide extérieur est interdite et l'athlète qui est seul serait alors défavorisé. Au final, un minime en course pour le titre est coupé dans son finish et quelques athlètes perdent donc leur place dans les classements avec une pédagogie limité car il est très compliqué de connaître au final la nature de l'infraction qui a engendré la pénalité.
 
L'évolution de la réglementation est nécessaire mais son expérimentation avant sa mise en place sur un championnat de France (même jeune, surtout jeune.. ) mérite surment d'être validé sur le terrain avec les moyens mise en oeuvre à son application suffisant et adaptés. Je me trompe peut être , mais il aurait été intéressant de demander simplement à l'arrivée à tous les athlètes du jours si ils avaient pris le temps de s'arrêter à 400m de la ligne pour éventuellement trouver leur numéro dossard parmis les multiples cases de ce ''foutu'' petit panneau....
 
Par cb le 15/04/2013 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet