La victoire de Jurkiewicz sur l'Iron Man Pays de Galles de l'intérieur

Superbe performance ce week end pour le ligérien Jeremy Jurkiewicz qui a seulement 23 ans s'impose sur un Iron Man au sprint devant l'Australien Farlow.
 
Jeremy nous fait revivre sa course:

''Difficile de résumé cette course, ou alors juste en 3 mots : JUSQU’AU BOUT….

Présent sur le site depuis le jeudi, j’étais vraiment content d’être au départ de cette course même avec ces parcours très vallonnés, cette natation qui change de plage, la météo incertaine…

Mais peu importe, j’étais prêt et j’avais une énorme envie de m’amuser et je l’ai vraiment aborder avec beaucoup de " fun "…

La natation est un peu agitée, du coup je reste dans les pieds du local Olivier Simon, qui nage quand même assez fort, mais moi je ne veux pas faire trop d’effort qui pourrait me couter pour la suite.

Je rentre au parc en 1ère position ( après le kilomètres de course à pied pour revenir de la plage…) mais ressors 2ème, je ne reverrais plus jamais le 1er ne sachant même pas qui c’était.

Je suis seul, donc je gère mon effort. Aaron FARLOW revient sur moi au 25ème kilomètre et je vais le garder en point de mir une vingtaine de kilomètres, ensuite c’est au tour de Kiril KOSTEGAROV, là je n’arrive même pas à me mettre sur le même rythme, je m’étouffe tellement il m’a enrhumé (il chutera lors du parcours vélo et abandonnera).

Puis au 60ème ça revient encore (je commence à m’agacer et me demande jusqu’à quand ça va continuer), cette fois c’est Bruno CLERBOUT et l’allemand MUELLER, ce dernier sera moyen réglo tout du long…

Au 120ème on repasse vers le site et là nous sommes 7 ou 8. C’est une partie pas facile vent de face et Markus THOMSHKE produit son effort, 2 autres partiront avec, dont MUELLER (toujours limite sur ce que je vois)

Nous sommes donc 4 pour la 6ème place. Jusqu’au 140ème je continue sur le même effort. J’ai encore de très bonnes jambes, du coup dans une bosse, j’augmente le rythme et continue mon effort une dizaine de minutes puis me retourne, je suis tout seul, (j’étais un peu agacé d’emmener avec Bruno les 2 autres). Je rentre au parc en 6ème position.

Les premiers pas sont pas mal et je pars donc sur une allure confortable que je pense pouvoir tenir pendant 42km (consignes du coach). Je ne comprends pas grand-chose au classement donc je demande au bord de la route " five ?? six ?? " On me répond " fourth " je réfléchis….et traduis donc par un 4ème.

J’en double un et pense donc être 3ème. A ce moment je suppose qu’il y a dû avoir des pénalités car derrière il y a des gars qui aurait du être devant. Bref je continue l’effort en ne pensant qu’à une chose : gestion, alimentation… au 14ème je suis à 3’30 du 2ème, au 18ème on m’annonce 2’30 mais moi je prends un lap et je vois 1’30.

J’attaque le 3ème tour en pensant toujours à ces choses qui me paraissent TRES importantes : " pas d’euphorie c’est encore long, gestion, alimentation " puis je reviens sur le 2ème au 23ème km, je passe et accélère. Puis je reprends mon rythme et je peux faire le point derrière : l’italien ANNOVAZZI a l’air de bien courir et ne perd pas de temps ainsi que CLERBOUT ( il grignote même un peu ??). Je finis le 3ème tour toujours en gestion et essaye de bien contrôler la descente. Au 30ème on m’annonce 5’50 de la tête, moi je pense être plus proche vu où je l’avais croisé, mais je ne m’occupe pas de la tête car je sens que CLERBOUT revient fort. Du coup je sens que c’est le moment de lancer le combat et repars donc à bloc sur le dernier tour. La montée m’arrache les jambes mais je relance encore à mi-montée. Puis je croise FARLOW bien proche du demi tour (petit lap : moins de 2 minutes). Là, impossible de ne pas penser à la gagne même si je ne veux pas. Je continue toujours sur le même effort car derrière c’est toujours menaçant. J’essaye de voir au loin le vélo ouvreur mais rien… à mi-descente on m’annonce 30 secondes, donc je lâche tout mais j’ai les jambes détruites. Dans la ville je commence à apercevoir la trifonction de Farlow. Il doit rester 2km mais je le vois, il est juste devant. A ce moment, je suis partagé par l’envie de lâcher de finir en roue libre, de profiter car je suis déjà 2ème et c’est super. Puis par celle du: " vas-y, essaye, t’es plus à 5 minutes prêt, lâche pas si prêt du but "

Puis une ampoule sous le pied éclate… aïe. Là c’est la goûte d’eau… je veux lâcher, mais je pense à UNE chose qui va me faire continuer. Puis je me revois avoir un flash qui dit " vas-y " du coup j’y vais-je recolle, je double, je cours, je cours, à bloc bien sur, je ne réfléchis plus, je me retourne, une fois, deux fois, trois fois, YYYYYYYYEEEEEEESSSSSSSS.

Et là rideau. Je ne me rappelle plus de rien, seulement mon retour sur la line pour profiter. Mais entre temps c’est le trou noir : Les 100 derniers mètres, le passage de la ligne, la banderole, ma chute, je ne les revois pas dans ma tête.

Je crois que j’étais déconnecté, j’étais dans un autre monde sur la fin car c’était impensable pour moi, reprendre la tête à 200m de la ligne alors que l’on vient de faire 226km…..

Mais c’était magique, je suis content, heureux, je ne peux même pas décrire. Je viens de gagner un Ironman, alors que quelques heures avant sur le parcours vélo je me voyais finir loin, très loin, qu’ensuite en course à pied je me suis dit bon la 4ème ça devrait être ok puis la 3ème, puis je me suis battu sur le dernier tour pour garder cette 2ème place et finalement je viens gagner sur le finish.

Et puis cette victoire alors que certaines fois dans ma tête je me demandais si un jour je monterais sur un podium d’un IM (un rêve…).

Au fond de moi je suis aussi conscient que ce n’est que le Pays de Galles, que ce n’est qu’un P1000, qu’il n’y a pas forcement 10 cadors.

Mais outre la satisfaction d’avoir gagné, je suis surtout content de moi, de ma course, d’avoir tout donner, de m’être fait plaisir et c’est d’autant important que le plaisir d’avoir gagner.

ET UN GRAND GRAND MERCI A TOUTES LES PERSONNES QUI ME SOUTIENNENT"

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet