Romain Guillaume : ''L'image d'un athlète contrôlé positif est ternie à vie''


L'affaire ''Jeuland'' a fait reparler du dopage dans le triathlon et  a ravivé les soupçons sur toutes les belles performances des français. Cela est donc l'occasion de poser quelques questions, sur ce sujet trop souvent occulté, à nos meilleurs représentants en longue distance. Jeanne Collonge, Cyril Viennot, Denis Chevrot et Antony Costes ont accepté de parler de dopage. Bertrand Billard partage leur avis et avant de retrouver les réponses de Sylvain Sudrie et Jeremy Jurkiewicz voici celles de Romain Guillaume qui a réussi ce qui est le plus difficile dans le sport, annoncer un objectif et le tenir ! Et pas n'importe lequel… Un top 10 à Hawaï validé en 2014 !
 

Que penses tu du dopage ? 

Depuis les jeux olympiques antique le dopage existe et il existera toujours... C'est peut être de nature humaine de vouloir chercher à tout prix la gloire, l'argent ou certaines performances? Heureusement que la majorité athlètes, quel que soient leur niveau de pratique, sont intègres et honnêtes envers les autres et eux mêmes!!! Aucun sport n'est épargné par le dopage, et cela va encore plus loin: dans le business, études, politiques, je suis persuadé de l'usage de certaines drogues pour tenir le rythme...


Fais tu partie d'un groupe cible ? 

Oui depuis janvier 2015 je suis soumis via la WTC au suivi ADAMS. 
Sans aller trop dans les détails nous devons rentrer sur le site internet de l'Agence Mondiale Anti-dopage les infos suivantes, Pour tous les jours: lieu de résidence, une heure où nous devons être chez nous pour éventuellement être controlé. A cela on doit ajouter notre calendrier sportif, les déplacements, etc. En gros il faut préciser où nous sommes pour que les instances antidopage aient la possibilité de venir nous contrôler quelque soit le jour où notre lieux de résidence.
D'un point de vue extérieur c'est une excellente chose car l'athlète soumis à ce protocole peut se faire tester n'importe quand et n'importe où, de manière inopiné. C'est une bonne chose pour suivre ceux sur qui les instances ont éventuellement des doutes.
En tant qu'athlète je l'accepte car cela fait partie du job mais c'est toutefois un poil contraignant et stressant: Personnellement mon heure de présence "obligatoire" à la maison est 20h30/21h30, tous les jours. Si un matin je décide d'aller au restaurant le soir, je prends le risque de louper éventuellement un contrôle (dernière modification au plus tard 17h à J-1). Au bout de 3 manquement je serai considéré comme positif. La spontanéité et les initiatives que l'on peut parfois avoir dans la vie de tous les jours s'en trouvent réduite.. 


Sans le nommer, as tu déjà soupçonné quelqu'un de dopage? 

Oui et pas qu'un! C'est d'ailleurs dommage que tout ce qui se passe actuellement fasse douter des performances des autres athlètes. Mais des athlètes qui apparaissent du jour au lendemain puis disparaissent, ou des anciens cyclistes pro déjà contrôles positif qui deviennent triathletes me font parfois douter...


Et toi, as tu été soupçonné de dopage?

Jamais directement mais je suis certain que certaines personnes le pensent. Encore une fois, c'est dommage mais c'est normal parfois que les gens aient des doutes après toutes ces histoires..


En veux tu à ces athlètes qui triches et se font prendre? 

D'un côté oui car ils piquent (pour certains) nos sponsors, notre prize money, nous qui sommes clean. Et d'un autre côté non car j'ai de la peine pour eux. Une fois qu'un athlète se fait attraper par la patrouille son image est ternie pour la vie.


Penses tu que la lutte contre le dopage soit suffisante? 

Un athlète positif devrait être radié À VIE de TOUTES les fédérations sportives. Et non 4 ans comme actuellement. Je pense aussi qu'il n'y a pas assez de contrôle, plusieurs fois j'ai terminé sur le podium en IM sans être controlé. 
Pour ma part le TOP5 ou ceux qui accèdent au prize money devraient être systématiquement contrôlés. Cependant, est ce que les différentes fédérations et instances sont prêtent à faire cet effort? L'aspect financier est à prendre en compte car tous les tests ont un coût, mais aussi l'image de la fédération ou d'un sport peut être aussi terni. Il me semble que la FFTRI ait été au courant du cas Jeuland DES MOIS avant que l'affaire ne s'ébruite grâce à un magasine de running qui relate la sanction... Peut être que c'était mieux pour son image de laisser l'affaire lentement s'effacer!?!
 
 
Par cb le 20/01/2015 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet