Drafting. Témoignages : ''Je sombre du côté obscur''


Après les derniers articles sur le site (Gagner 5% en s'entraînant ou 5% à 35% avec un drafting plus ou moins légal…), voici quelques témoignages de participants  à Mont Tremblant, Majorque, Barcelone, d'un arbitre, d'un triathlète de haut niveau et d'un organisateur.
 
Concernant les retours que j'ai pu avoir, tout le monde est bien sur mécontent du déroulement de la course. Mais malheureusement, très peu m'ont envoyé un mail en reconnaissant avoir drafté. Si cela est bien un pratique de plus en plus courante, elle reste donc encore bien tabou dans le petit monde du triathlon...
 
Mike Aigroz ( triathlète Pro, top top à Kona ) participant à IM Majorque :  '"Afin de participer également à ce débat, qui pourri le sport que j'aime tant, voici mon témoignage afin de faire avancer plutôt que de dénoncer.
Ces derniers temps j'ai pris le départ de trois manifestations. Concernant les compétitions en France (Royen et le Naturman), mon sentiment est mitigé. Je m'explique, à ma grande surprise n'ayant plus couru en France depuis bien longtemps, la règle des "5 mètres" est juste pathétique. Je pense que nous les professionnels nous devons montrer un engagement et un respect de la performance individuel. Malheureusement entre ceux qui draft avec la moto télé et ceux qui se croient sur un grand prix, je pense que l'on devrait tous se remettre en question. 
Concernant l'Ironman de Mallorque, même sur l'avant de la course avec les professionnels où je me situais, les arbitres n'ont soit aucune volonté, ou soit pas de "cojones" ou dernière hypothèse protègent leurs athlètes nationaux. Mais heureusement avec la difficulté au kilomètre 120 les écarts se sont quand même faits.
Mon avis c'est qu'il n'y a plus de leaders charismatiques dans l'Ironman qui finalement impose la loi. Aujourd'hui on est tous en train de tuer notre sport et on ferait mieux de remettre en question notre comportement en course avant d'acheter des vélos avec un CX incroyable. 
Pour une petite anecdote: je me souviens dans mes débuts sur le longue distance avoir été remis à ma place par les anciens et cela a eu plus d'impact sur moi qu'un carton rouge."

JM participants à Mont Tremblant : ''Après 5 ans a rêver de cette distance folle, j'ai décidé en 2013 de ma lancée sur half. Après ma première course a Aix, je décroche mon slot pour Mont tremblant. Mais déjà a Aix j'avais vu quelques pack me doubler et un commentaire m'avait choquer " VAS Y  C LE BON PACK ACCROCHE AVEC NOUS" Mais malgré cela, je me suis dit, au monde cela sera différent. Après 3 mois d'entrainement intense me voila sur la ligne de départ de mes premiers championnat du monde. Sortit de l'eau avec de l'avance sur la plupart des mecs de mon groupe d'age, je sais que je peux poser le vélo top 5. 35km seul puis virage et demi-tour. Et là la désillusion commence. Au demi-tour je me rends compte de ce qui m'attends: les mecs roulent par packs de 40. Pendant 25km,  je bataille et nous voila au 65éme et le tgv de 20mecs de mon âge qui me double. Je ne sais plus quoi penser ni même quoi faire. Et je sombre du coté obscur... je ne suis pas fière mais quoi faire d'autre.. Les gens voient le résultat final, les temps vélo de fou. Alors que j'ai bien roulé, certains me disent, ''beau vélo mais les mecs de ton groupe d'age roule 5' plus vite que toi !…" Comment expliquer cela a des amateurs, des sponsors, de la famille.. Dans ma profession je suis le premier à inculquer le respect des règles au jeunes donc triché me fais mal. Les aides des sponsors viennent avec le résultat et au monde les mecs qui ont fait un résultat ne sont pas réglo. Quoi faire???" 

 
 JM participant à Barcelone : ''Oui c'était comme ça… Après ça me fait un peu marrer les discussions sur les forums. Les mecs qui étaient présents tu les écoutes eux ils n'ont pas drafté et ceux qui qui n'y étaient pas disent que c'est la honte et que les slots pour Hawaï sont volés. Perso j'y étais j'ai roulé 4H54 avec une pénalité de 6' pour drafting que je méritais au regard de la règle (10m). J'étais dans un paquet nous étions environ 80 triathlètes distance entre les vélos entre 3 et 5m plus ou moins décalés. L'arbitre en a cartonné 5. Je suis reparti et de nouveau un groupe s'est formé, plus petit cette fois-ci. (distance 5/8m). Les paquets sont toujours en mouvement ça double en fonction du relief ou des relances.'' 
 
LM participant à Barcelone : ''A froid, je suis perplexe, à la fois content d'avoir nettement amélioré ma meilleure perf mais mal à l'aise car lucide sur mon incapacité à faire un tel temps vélo dimanche en solo. J'ai passé le vélo frustré de ne pas techniquement toujours parvenir à ne pas drafter (càd respecter les 10m face/3m latéral) et ce malgré beaucoup de concentration et d'efforts. Je suis au clair avec ma conscience personnelle car je sais qu'à aucun moment je ne me suis volontairement retrouvé en situation de drafting, cependant je peux aussi dire que oui j'ai drafté car je n'ai pas été capable de me mettre dans des situations où c'était possible de ne pas le faire.''
 
RP Arbitre et triathlète ! : '' je me suis aperçu depuis quelques années que sur les épreuves Ironman, il y a beaucoup trop de monde et qu’il nous est impossible de faire respecter la règle du drafting.

 Lors du 2ème 70.3 d’Aix en Provence, j’étais sur le parcours vélo et si j’avais du faire respecter la règle sur les 30 premiers kilomètres, j’aurais dû mettre 100 cartons noirs !!!  J’ai aussi arbitré le long du Ventoux il y a 2 ans, il y avait 140 personnes au départ et d’ailleurs cette épreuve n’existe plus !! Le dossard était à 70 € pour un L avec un parcours phénoménal et il n’y a eu aucun carton, c’était un régal à arbitrer. C’est peut-être la fin d’un genre de triathlon et je pense même que la règle du drafting évoluera et ce sera des courses de vélos !''

 
Fred Pasnon , triathlète et organisateur de l'Emeraude Tri Race : ''Pratiquant maintenant depuis 6 ans (plutôt orienté long et allergique au Drafting - lorsqu'il est non toléré évidemment), et un peu investi localement (président de club depuis 4 ans et 2 ans d'arbitrage)
Ici mon témoignage en tant qu'organisateur bénévole (assoce créée pour héberger l'épreuve et affiliée à la FFTRI)

C'est un format half en bretagne avec grille de prix, et ce depuis 2 ans. Prix inscription unique à 90 € et 30€ pass-journée (reversé intégralement à la ligue).
Limité à 500 participants – complet avant la fermeture des inscriptions et donc malheureusement refus d'athlètes (pourtant ceux qui augmentent fortement la rentabilité car les frais fixes sont déjà absorbés). (ndlr :  "malheureusement" traduit la déception de ne pouvoir offrir notre terrain de jeu à ces athlètes et non pas pour la marge supplémentaire non perçue.)

Le drafting est un des nombreux paramètres auquel on pense lors de la mise en place d'une épreuve  et en particuliers pour élaborer le parcours cycliste.
En effet, le drafting impacte la sécurité et l'équité sportive.
Evidemment, le souhait de l'organisateur est, à priori, de pérenniser son épreuve. Pour ce faire, il essaye d'atteindre tous les ans le nombre d'inscrits lui permettant l'équilibre budgétaire, et ce le plus tôt possible. Il est donc important de soigner l'image véhiculée par l'épreuve auprès des potentiels "clients" que sont les athlètes et en particuliers dans les supports médiatiques spécialisés.

En tant qu'organisateur, tu proposes donc une épreuve qui te permette de toucher une cible la plus large possible. A ce jour, pour moi, des athlètes qui recherchent un effort solitaire car je pense qu'ils sont encore beaucoup plus nombreux que les athlètes souhaitant faire une cyclosportive intercalée entre de la nat et de la càp. (naïf ?)

Je n'ai pas le monopole des solutions idéales (pour preuve, encore beaucoup de dysfonctionnements sur cette 2nde édition de l'épreuve) mais quelques fondamentaux qui peuvent aider à limiter le drafting :
La responsabilité de l'orga est de limiter le nombre de participants en adéquation avec le parcours cycliste proposé (cela vaut aussi pour la nat lorsque la 1ère bouée est proche du départ mais autre débat). Il faut laisser le temps d'1 ou 2 éditions pour se régler. Cela est d'autant plus vrai lorsqu'il est difficile de proposer un parcours très sélectif et/ou que le circuit est à faire à plusieurs reprises. Les portions en Aller-retour peuvent faciliter à mettre en lumière les tricheurs aux yeux des arbitres et des autres concurrents.
La responsabilité du corps arbitral est de rapidement s'imposer (comme dans beaucoup de sports) en pénalisant dès le début du parcours cycliste les tricheurs. Pour ma part, cela fonctionne très correctement grâce à des arbitres en nombre (le coût n'est pas un frein mais pas simple pour les ligues de trouver des motivés), des moyens (motos – pas forcément simple à l'image de la recherche de bénévoles) mises à disposition en nombre aussi et à une implication des arbitres principaux (nombreux échanges et conseils pour construire le parcours entre autre).
La tente de pénalité (4') est visible de tous et en particuliers des spectateurs. (stats de cette année : 22 cartons noirs et 10 DSQ pour pénalités non effectuées)
Solution à l'étude (qui existe probablement déjà) : équiper les motos arbitres ou des points fixes de Go Pro. Mais cela fait clairement ch… d'imaginer de telles solutions pour une épreuve sportive organiser de façon bénévole.

Mais le plus simple reste d'avoir sur la ligne de départ des athlètes tout simplement honnêtes et donc respectueux des règles de l'épreuve à laquelle ils se sont inscrits.

En conclusion :
Au vu du temps consacré pour monter une épreuve, je comprends aisément que certains franchissent le pas d'en faire leur métier et ont donc le droit comme tout à chacun d'en tirer un salaire ou un profit (l'évènementiel est un job)
Ma vision serait donc peut-être différente si cela était mon gagne-pain, si je devais reverser des dizaines de k€ à un label, pour vouloir et pouvoir proposer des slots, ….
Peut-être que ma vision serait plus court-terme et que le devenir moyen terme de mon sport soit alors le cadet de mes soucis
Donc aucune leçon à donner, mais tout de même déçu de la tournure de ces belles épreuves entachées par le drafting'. A suivre .."
 
Par cb le 9/10/2014 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet