Gagner 5% en s'entraînant ou 5% à 35% avec un drafting plus ou moins légal...



 

Encore un petit article pour exposer les gains apportés par le drafting… Je me permets d'approfondir encore un peu le sujet… Puis ensuite, promis, je laisse à peu près tomber,  comme pour la lutte anti dopage et Athlète For Transparency qui n'a jamais pu convaincre suffisamment de sportifs de haut niveau... 
 
Si la pratique sportive est guidée par le classement ou la recherche de la performance par tous les moyens et prend le pas sur le plaisir, on peut se demander s'il est intéressant de passer beaucoup de temps sur son vélo, de faire attention à sa récupération, à son alimentation, etc.. Ne vaut-il pas se contenter d'un niveau plus modeste qui demande moins de séances , voir moins d'intensité toute l'année et se concentrer sur la course à bien choisir et les possibilités qu'elle offre concernant le drafting?
 
Si l'on prend l'exemple d'un triathlète  d'âge mur qui développe 220 watts AVG sur distance ironman ( SRM, pour les connaisseurs.. car attention tous les capteurs de puissance ne donnent pas les mêmes valeurs tout le temps, mais je m'égare…. ce n'est pas le sujet...) après quelques saisons d'entrainement sérieux et régulier, il sera très compliqué ( sauf s'il fait des erreurs grossières dans sa préparation ou sa gestion de course ou autre..) de lui permettre de gagner 5% supplémentaires de watts, soit de passer à environ 230 watts AVG sur ses 180 km vélo. 
 
Mais avec un peu d'expérience des courses, des arbitres, du bruit pour entendre une moto arriver et de l'attitude à adapter en la présence proche d'un  arbitre, de la position par rapport à celui qui nous précède en fonction de la vitesse, du vent, du dénivelé, etc... il est possible de gagner jusqu'à 35% * ( cf détail étude ci dessous ) derrière un peloton de 8 cyclistes qui roule à 40km/h ! Vous imaginez l'impact positif à la fin de la course !  Si vous êtes au milieu d'un groupe de 50 c'est encore mieux et si vous êtes ''réglo'' à 10m derrière ce groupe vous bénéficiez encore quasiment de l'effet d'un gros véhicule roulant devant vous ! 20 à 30 cyclistes c'est en effet un peu plus volumineux qu'une voiturette sans permis….
 
En restant en file indienne, donc en sortant du schéma observé généralement lorsqu'il y a grosse polémique après la course, on gagne encore 30% en restant proche de la roue.  C'est moins certes. Mais cela reste encore très rentable !  
 
Mais sans aller dans cet extrême, difficile à envisager pour un non expert en rafting, voici quelques résultats d'études que j'ai pu réaliser en compagnie de triathlètes de très bon niveau. Il est important de prendre en considération que ces résultats sont valables pour des conditions avec une température de l'air de 20°, une humidité relative inférieure à 80% et une densité de l'air autour de 1200kg/m3. Le revêtement était de bonne qualité et offrait peu de résistance au frottement. Ces tests se sont réalisés sur un anneau cycliste de 400m délimitée tous les 5m et à une vitesse parfaitement stabilisée à 42 km/h ( vérification au chronomètre tous les 200m). 
 
En restant en règle par rapport aux écrits de la FFTri , soit dans le sillage à 5m d'un cycliste (en position aero de gabarit classique : 178 cm et 70 kg) , l'économie pour un cycliste ''classique'' en position aero, le gain est de prêt de 10%Soit 284 watts SRM devant et 259 watts SRM à 5m.
Dans des conditions  ''internationales'' pour le même triathlète ''réglo'' dont les qualités pédestres peuvent lui permettre d'attendre son heure sur le vélo et qui reste donc toujours à distance réglementaire de 10m l'économie sera encore de plus de 5% soit 267 contre 284 watts. 
 
L'aspect tactique a bien toute son importance sur une épreuve sans drafting, elle fait parti du jeu et il est important, voir intéressant de faire avec ! 
 
Mais attention , ces chiffres sont très vites faux si les conditions changent et c'est l'occasion de parler un petit peu d'Hawai qui arrive bientôt…               
Kona est LA course sans drafting chez les Pro  
 
A Kona, on passe à 12m chez les Pro ce qui diminue déjà très fortement les effets de l'abri. Et si le revêtement est parfait et ne vient donc pas contredire les chiffres, toutes les caractéristiques météorologiques changent.. La température peut monter à 35°, l'humidité au dessus de 85% et l'air devient donc moins dense. Mais le vent est lui quasiment toujours présent et de côté ( venant de l'Ocean ) et à lui seul il finit d'annuler le faible gain que pourrait avoir un cycliste à 12m.

On peut donc affirmer que Kona est la course sans drafting chez les Pro ( avec aussi Lanzarote qui présente un règlement moins strict mais tout de même des conditions similaires et qui a souvent vu des hommes ''forts'' s'imposer : Hellriegel, Rovera, Ain Alar Juhanson, Llanos, Al Sultan et cette année Guillaume). C'est peut être pour cela que je n'ai pas fait mes meilleurs résultats dans le Pacifique...
Chez les GA cela devient donc aussi plus difficile de ''s'économiser''  en restant dans la file en tentant de drafter à 5m... mais certains sont contraints par la densité proposée par l'organisateur de ''tricher'' ( cf les nombreuses photos qui reviennent chaque année) ou simplement en se faisant doubler longuement sur l'aller jusqu'à Hawi.. (abri du vent latéral non négligeable). D'autres plus malveillants  parviennent encore à jouer avec le vent, les bruyantes motos américaines et les règles,en venant au plus près ou en se décalant légèrement à l'opposé du vent, afin d'augmenter leur capacité à performer du jour !

 

 
* cf différentes études dont : Energy expenditure during bicycling. McCole SD, Claney K, Conte JC, Anderson R, Hagberg JM. J Appl Physiol. 1990  
 
Par cb le  7/10/2014
 
 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet