Rencontre avec Linda Guinoiseau et Edouard Entraygues



 

1/ Pouvez vous vous présenter rapidement ?

LG : Linda Guinoiseau j'ai 41 ans, j'habite Issy les Moulineaux, je pratique le triathlon depuis 2003 au club d'Issy Triathlon. 

EE : Edouard Entraygues, 41 ans, marié, une fille de 21 mois. Je travaille en tant que webmaster à l'Office de Tourisme Saint-Raphaël. Je pratique le triathlon depuis 1996. 

 

2/ Un petit retour sur votre course à Nice ?

LG : Amazing ! Faire 5eme féminine au scratch et 1ère Française en 9h42 sur l'ironman de Nice... Franchement je ne m'y attendais pas ! 

EE :  C'était ma sixième participation au triathlon de Nice (2 FFTRI + 4 IM). C'est une course à la maison. J'adore son parcours vélo, un peu moins son marathon !

C'est la première fois que je réalise une course pleine dans les trois disciplines. A Nice, j'avais l'habitude de faire la course devant (nat + vélo) pour m'écrouler dans la dernière heure du marathon.

Cette fois, j'ai réussi à maintenir le rythme jusqu'au bout. J'établis mon meilleur chrono sur marathon avec 3h06', et frôle le SUB9 (9h04'). Je n'y crois toujours pas aujourd'hui.

 

3/ Est ce que ce résultat va changer quelque chose dans votre pratique ?

LG : Non ça ne va rien changer mise à part me re-motiver pour la suite. Ce résultat me permet néanmoins de faire le point et de voir qu'au niveau entraînement je suis sur la bonne voie. 

EE : Confidence pour confidence, cet hiver j'avais pris la décision d’arrêter le triathlon pour me consacrer à ma famille. Ce résultat est un élément de plus qui me pousse à continuer.

D'un point vue plus matérialiste, ce top 10, devrait m'aider à concrétiser un partenariat cyclisme solide.

En ce qui concerne ma pratique du triathlon, aucun risque que cela modifie ma perception ou mon attitude. Je suis plutôt du genre modeste et discret.

 

 4/ Vous êtes tous les 2 de ''vrais'' amateurs avec un job à plein temps. L'organisation est elle compliquée pour tout gérer ?

LG : Ce qui la rend parfois compliquée c'est ce qu'on ne maîtrise pas ... Le retard dans les transports en commun, le monde à la piscine, les horaires de fermetures de la piscine, les urgences de dernières minutes au travail ... Sinon, tout est une question d'organisation  :-)

EE : J'ai la chance d'avoir une épouse admirable. Elle m'a toujours soutenue et poussée dans ma pratique. C'est vrai que depuis l'arrivée de notre fille, l'organisation est plus tendue.

Je travaille à temps plein c'est vrai. Je passe beaucoup temps à m'entraîner c'est encore plus vrai. Au final, il ne me reste plus beaucoup de temps avec ma famille. C'est ça le plus dur à gérer pour moi.

Tu cours du matin au soir : nounou, travail, sport, travail,sport,dodo... c'est la course perpétuelle pour espérer grappiller 15' d'entraînement sur ta journée !

Par ailleurs, mon employeur est particulièrement à l'écoute. Je peux donc facilement poser des 1/2 journées de congés pour m’entraîner. C'est ça mon secret !

  

5/ Le fait d'intégrer le team Lewatt vous a - t - il aidé dans votre préparation ?

LG : Oui cela m'aide beaucoup.

EE : Sportivement et moralement complètement. J'étais prêt à arrêter le triathlon. Cela m'a donné un nouveau projet sportif. Faire parti d'un team t'oblige à te dépasser, à donner le meilleur de toi même. 

 

6/ Vous avez tous les 2 passé la barre des 40 ans et vous progressez !  Pensez vous que le bon âge sur Ironman soit après 40 ans ?

LG : Je ne pense pas qu'il y ai un bon âge pour faire de l'ironman. Pour ma part ayant commencé tard le triathlon je n'ai fait que progresser depuis le début de ma pratique. En même temps je ne cesse d'augmenter au fil des années mon volume d'entraînement donc ceci explique aussi peut être cela :-)

EE : Non, Je dirais plutôt aux alentours des 30 ans. En ce qui me concerne, je me suis vraiment investi sur ironman à l'âge de 37 ans. C'est beaucoup trop tard.

Ce qui est sûr, c'est que l'Ironman demande une certaine maturité physique, physiologique et morale. Pour ma part, cette maturité je l'obtiens à 40 ans !

  

7/ Cette performance à Nice est un aboutissement ou un encouragement pour la suite ?  

LG : Pour moi ce n'est pas un aboutissement car je sais que ma course de Nice est encore largement perfectible. C'est donc plutôt un encouragement à continuer les entraînements. 

EE: C'est un aboutissement dans le sens où je réalise ma meilleure place sur Ironman.

C'est aussi un encouragement pour la suite, car il concrétise mon investissement, et ma progression sur la distance.

 

8/ Avez vous encore de grandes espérances pour la suite de votre carrière sportive ? Et si oui quelles sont elles ?

LG : J'espère continuer à progresser encore et encore pour faire des podiums :-) je ne me suis pas donné d'âge de fin ... Moi quand je vois les athlètes de 70-80 ans monter sur le podium à Hawaii ça me fait rêver ! Quelle santé !

EE: Mes espérances ou mes rêves sportifs, je les ai toujours voulus réalisables. Le top 10 en faisait parti (14e en 2011).

J'aimerais bien claquer un jour un SUB9. Le rêve ultime serait un SUB 3H00 sur le marathon à hawaii. Mais là je rêve pour de bon !

 

9/ Les membres du team semblent avoir d'assez bons résultats en ce début de saison et certaines questions risques d'être posées… Vous confirmez que vous ne bénéficiez d'aucun suivi médical via le team et qu'aucun complément alimentaire ou autre procédé encore plus suspect visant à améliorer la performance ne vous a été proposé ?

LG : Rien ... On ne prend rien dans la Team Lewatt ... A part une grosse dose d'entraînements préparée aux petits oignons...

EE:  Dans le Team Lewatt  l'éthique sportive, la morale et le respect de l'athlète en sont les fondamentaux.

Christophe fût l'initiateur et le fervent défenseur de la cause "Athlete for transparency".  Sa longévité au plus haut niveau atteste de cette transparence.

Depuis 6 ans, je fais toute confiance à Christophe pour toutes ces raisons. Team lewatt, et Multriman partagent ces valeurs de lutte contre le dopage !

Plus légèrement, j'avoue écouter quotidiennement du reggae à haute dose !

 

10/ Quelque chose à ajouter ?

LG : Notre coach est débile (mais ça je pense qu'il ne faut pas le noter mdr) ...

EE : Je regrette de ne pas t'avoir contacter plus tôt. A l'époque, Je bricolais sur du "courte distance" dans mon club alors qu'au fond de moi je voulais m'investir dans le long !

Et pour finir en chanson : "Say captain, say wott...say captain, say Team lewatt" !

 

 

Et n'hésitez pas à lire les comptes rendu de la course ! ICI : www.issytriathlon.com/linda.guinoiseau et ICI: http://edouardo.fr/triathlon/2014/ironman-nice

 
Par CB le 3/07/2014 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet